Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Les falaises du Moher en Irlande

paysages des falaises du Moher en Irlande, Clare

Les falaises du Moher offrent une vue à couper le souffle et sont le lieu d’une riche biodiversité, elles sont ainsi le site naturel le plus visité d’Irlande avec plus d’un million de touristes par an. Partons ensemble à la découverte de l’histoire de ce lieu incroyable, de la tour O’Brien aux habitats naturels préservés, où l’on peut observer la plus grande colonie d’oiseaux marins nicheurs d’Irlande !

 

Si vous avez vu Harry Potter, il y a de grandes chances pour que vous connaissiez déjà ces immenses falaises de roche noire sur lesquelles s’abattent des vagues déchaînées. Une scène du 6ème volet –Le Prince de sang mêlé – a en effet été tournée sur les lieux, lorsque Dumbledore amène Harry dans une grotte au bord de l’océan afin d’y trouver un Horcruxe. De violentes bourrasques de vent, une muraille sombre se dressant à pic au bord de l’océan, le lieu était idéal.

Falaises du Moher, cliffs of Moher, Irlanden Cahier d'errance

Mais où se situe cette merveille ?

Carte, localiser les falaises du Moher en Irlande

Les falaises du Moher (le point rouge sur la carte) se trouvent au nord-ouest du comté de Clare, lui-même situé à l’ouest de l’Irlande du sud. Elles s’élèvent au-dessus de l’océan Atlantique à une hauteur de 214 mètres, et s’étendent sur 8 kilomètres. Toute la côte ouest offre d’ailleurs des lieux remarquables, du site de Burren aux immensités de roches craquelées, à la plage de Fanore dont le sable a une surprenante couleur orange, sans parler de la vue constante sur l’océan que longe la route.

Falaises du Moher, Irlande, cliffs of Moher, Ireland, cahier d'errance

Falaises du Moher, Irlande, panorama landscape Cliffs of Moher, Ireland

La formation des falaises

Leur nom, « cliffs of Moher », provient d’un fort vieux de deux mille ans, détruit depuis. Il signifie littéralement « les falaises du fort en ruine ».

Mais les falaises du Moher sont surtout une preuve fascinante de l’évolution de notre planète, je m’explique. On estime la formation de ces falaises à environ 320 millions d’années, durant le Carbonifère supérieur. A cette époque, les différents continents que l’on connaît aujourd’hui formaient un immense et unique bloc : la Pangée. La température était par ailleurs plus élevée qu’aujourd’hui, et les côtes actuelles étaient donc complètement submergées par l’océan Atlantique.

Sur la terre, au lieu où se situent actuellement les falaises, se trouvait l’estuaire d’une large rivière, qui a drainé d’énormes quantités de limon. Ces dernières se sont peu à peu déposées et accumulées dans l’embouchure, jusqu’à boucher le lit du fleuve, qui s’est alors élargi pour trouver de nouveaux débouchés vers l’océan. Des couches successives de terre se sont accumulées et solidifiées dans le delta ainsi formé, constituant les différentes couches de grès et de schiste aujourd’hui observables le long des falaises. Le niveau inférieur de ces bandes de schiste est donc riche en fossiles, vestiges de la faune et de la flore qui se développait dans l’estuaire il y a des dizaines de millions d’années.

Suite à cet empilement, l’estuaire est devenu une chaîne de collines basses. Mais il faut surtout savoir que les falaises sont situées à l’endroit où les plaques tectoniques se sont séparées pour former les continents que nous connaissons aujourd’hui. C’est ainsi que ces couches de terres accumulées se sont retrouvées face à l’océan (elles se trouvaient à l’époque collées au Mississipi actuel) pour former les actuelles falaises du Moher. Elles sont donc le vestige d’êtres vivants ayant vécu il y a des millions d’années, avant même les dinosaures, et ce sont ces mêmes lieux que nous foulons aujourd’hui quand nous visitons les falaises ! Je trouve ça fou.

Cliffs of Moher, Irlande, tour O'brien, corbeau, crow, cahier d'errance

Panorama des Falaises du Moher, Irlande

La tour O’brien

C’est Cornelius O’Brien qui fit construire cette tour en 1835 pour offrir un point de vue privilégié sur les falaises du Moher aux nombreux touristes qui visitaient déjà les lieux. Depuis le haut de la tour (comme depuis le sol, mais avec un peu plus de hauteur) on peut observer par beau temps les îles d’Aran, la baie de Galway, mais aussi la montagne de Maumturk et la chaîne montagneuse des twelve Pins dans le Connemara (dont je vous ai déjà parlé dans l’article sur la rando de Diamond Hill), et enfin la péninsule de Loop Head au sud du comté de Clare.

Et pour vraiment nous mettre dans l’ambiance, un homme jouait de vieilles musiques irlandaises à l’accordéon. Leur air à la fois enjoué et mélancolique nous accompagnait agréablement le long de la visite. Les corbeaux quant à eux n’étaient pas en reste et n’avaient pas peur de s’approcher tout près de nous, attirés par quelques miettes jetées par certains visiteurs. J’ai adoré observer ces mystérieux oiseaux noirs, chargés de toute une symbolique, évoluer dans ce lieu fascinant. Entre les corbeaux, les bourrasques de vent, les hautes falaises et la tour dressée face à l’océan, on se serait presque cru dans un conte !

Tour O'Brien, cliffs of moher

Une biodiversité exceptionnelle

Mais en dehors du panorama incroyable qu’offre ce site, il représente surtout un écosystème complexe et fragile, que menace le tourisme dans la région. Les lieux ont donc été aménagés de manière à limiter l’impact négatif des visites, et une partie du prix de l’entrée sert à protéger ces habitats naturels. Les plantes les plus remarquables qui poussent sur les falaises en été sont le gazon d’Espagne (de magnifiques fleurs roses) et la porcelle enracinée (de la famille du pissenlit). Mais en dehors de ces espèces particulières, j’ai été très impressionnée par la forme imprimée dans l’herbe par les bourrasques de vent.

Paysage au vent des falaises du Moher, Irlande, cliffs of moher

Concernant les animaux que l’on peut y rencontrer, les falaises du Moher comptent la plus grande colonie d’oiseaux marins nicheurs d’Irlande, avec environ 30 000 couples. On peut y observer des macareux, ces jolis oiseaux au bec rouge, mais aussi des fulmars, des mouettes, de petits pingouins, un couple de faucons pèlerins (l’oiseau le plus rapide au monde !) et d’autres espèces encore. Et comme je l’ai dit, il n’est pas rare d’apercevoir des dauphins et des phoques depuis les falaises, chance que nous n’avons malheureusement pas eue. Enfin, si vous observez bien et que vous avez vraiment de la chance, vous pourrez peut-être même apercevoir une baleine ou un requin pèlerin !

Macareux oiseaux nicheurs Falaises du Moher, Irlande

Infos sur la visite

Une fois sur les lieux, vous pourrez réaliser deux parcours depuis le centre des visiteurs situé près du parking. Le premier dure une quinzaine de minutes et passe devant la tour O’brien (en haut de laquelle vous pouvez monter à certains moments). Le second parcours vous mènera dans la direction opposée. Vous passerez au-dessus de Goat Island où se situe le refuge des macareux, et en une dizaine de minutes vous pourrez vous rendre jusqu’à la plate-forme sud pour observer les colonies d’oiseaux de mer et l’éperon d’érosion marine, un morceau de roche s’étant détaché des falaises.

Brochure plan de la visite des falaises du Moher, Irlande

Concernant les tarifs, il est difficile de vous donner des chiffres précis car ils varient selon le moment de la journée (les visites sont généralement moins chères le matin) et selon le mois de l’année. En y allant hors saison, il me semble que nous avons payé une entrée adulte 8 euros, et un tarif étudiant à 5 euros, mais ces chiffres sont indicatifs.

Panorama paysage Cliffs of Moher, Falaises de Moher, Irlande

Prairie parking falaises du Moher, cliffs oh Moher, irlande

Parcourir ces falaises et observer cette nature sauvage a constitué une de mes plus belles expériences en Irlande. La lumière du soleil perçant à travers d’épais nuages crée une luminosité vraiment spéciale qui confère au lieu son atmosphère si particulière. J’espère que cette petite escapade ensemble vous a donné envie de découvrir ce site enchanteur, et si vous avez des questions n’hésitez pas à me les poser en commentaire.

 

  • Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les falaises du Moher, vous pouvez vous rendre sur le site de l’office de tourisme irlandais
  • Vous connaissez bien l’Irlande ? Faites nous part de vos plus belles expériences dans ce joli pays ! 😊

 

 

 

 

2 commentaires

    1. Effectivement il faut bien se couvrir, les gants et le bonnet ne sont pas de trop, mais ça en vaut la peine ! Et niveau alcool, c’est plutôt la Guinness en Irlande 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *